top of page
  • Photo du rédacteurKarine Vienneau

Les coulisses du bateau fantôme

Dernière mise à jour : 19 oct. 2023

Légende acadienne. Le capitaine Craig, un pirate sournois, a accosté à la Baie-des-Chaleurs (vérité ou mensonge ?), mais ce n'est pas son histoire...




Mes premières impressions


Je suis fière ? Beaucoup plus que le premier. Le double des mots! Le double des pages! Travail sur la narration. Petit défi personnel un livre au je en entier. Aviez-vous remarqué ?


J’ai eu trois correctrices ! Et ça, ça en fait des choses à retravailler ! Une équipe du tonnerre qui a fait que ce texte devient beau et riche. Le graphiste est sublime comme toujours. J’adore mes petites filles. Ma Wapikoni qui tient sa petite sœur Aiyanna… Je vous jure ! Je raffole de mes personnages ! Elles ont été si bien définies si bien travailler, dans ma tête et sur mon plan d’action. Je crois et avec humilité que je suis heureuse de présenter un produit de qualité pour un deuxième livre à vie.


L’inspiration


Mes histoires, mes pensées, mes valeurs s’orientent vers le respect de la nature et de l’humain. De la fiction qui se rapproche du cœur. Je ne veux pas écrire une belle histoire pour que les gens disent ah ! C’est beau!


Je veux que les gens voient les conflits, voient que la fin n’est pas toujours blanche ou noire. Elle peut être grise dépendant de qui la regarde. Le bateau fantôme est une histoire dramatique. Triste.


Mon premier, avec Acheri, donnait un peu d’espoir et parlait d’une amitié qui transcende le temps et les mondes ! Le bateau fantôme parle d’une réalité qui est l’arrivée de l’étranger sur un autre peuple, des liens familiaux qui s'entredéchirent, de cicatrices. Peu importe lequel ! Peu importe sa foi et ses lois, il y a des gens méchants et des victimes. Des gens qui chercheront à exploiter d’autres personnes. Le bateau fantôme donne une voix à une petite fille qui a vécu un drame.


Les personnages


Je n’ai pas conçu des personnages à la légère. J’étais au plus bas de ma forme physique (arrêt de travail suite à une opération) quand j’ai levé mon crayon pour débuter mon histoire. J’étais très déprimée. J’avais peur. Je voulais écrire cette histoire, mais je ne savais pas jusqu’à ce moment comment l’entreprendre…


Un peu de moi dans chaque histoire

Dans ma famille, il y a une forte résilience. Il y a eu beaucoup de malheurs, beaucoup d’obsession, mais leur force de caractère permet toujours de se relever jour après jour et remercier pour ce quelque chose qui goûte encore bon. C’est donc par là que j'ai commencer, par la résilience et j'ai donné un peu de cette force à mes personnages.


Posts récents

Voir tout

Commenti


Karine Vienneau

Ma promesse d'écrivaine est de vous offrir des univers incertains, des émotions exprimées, des personnages en quête de vérité.

bottom of page